Me connaître/m'accepter

Je suis paumée… Qu’est-ce qui est VRAIMENT important pour moi ??!

Ça fait un bon moment que je cherche ce qui est important pour moi et ce que je veux faire dans ma vie. Depuis l’école en fait, mais aussi beaucoup plus activement depuis environ 2 ans, grâce au développement personnel.

Et, si tu m’avais demandé il y a 2 semaines si j’avais trouvé, je t’aurais dit oui ! Ça y est, j’ai enfin trouvé un objectif qui m’inspire !!!

Mais en fait non.

Je me suis un peu prise cette réalité en pleine figure quand je me suis rendue compte que je ne vivais pas la vie que je voulais au jour le jour. Parce que j’étais bien stressée, sous pression, et que moi, ça ne m’intéresse pas de me donner à fond en m’oubliant pour vivre bien le reste de ma vie après. Je veux être bien et épanouie tout de suite !

Et je me suis donc rendue compte que j’étais à côté de la plaque et que depuis plus d’un an je me laissais guider par mes insécurités et mes croyances limitantes plutôt que par mes réelles envies. Bam. Ça fait mal.

Ça fait que je me suis trouvée complètement paumée. Mais alors qu’est-ce que je veux VRAIMENT ???!!

*En fait, j’ai cheminée depuis cette prise de conscience et ce n’est plus aussi catégorique que ça. Je t’en reparle à la fin de l’article. 😉

Et quitte à me poser la question, je me suis dit que ça faisait un très bon sujet d’article à partager avec toi, vu qu’on sait tous très bien qu’en tant que multipotentialiste, définir un objectif ce n’est pas hyper simple 😉. Sans parler du fait de devoir choisir ! 😂 (Mais ça, ce sera une autre histoire)

Introduction

Je vis ça depuis plusieurs jours déjà et j’avais commencé à écrire cet article dès le début. Un article où je décrivais tout ce que je vivais et mes questionnements. Et puis, suite à une erreur, de manipulation j’ai perdu toute une partie de ce que j’avais écrit ! 🤬 Ce qui m’a bien fait ch*** !

Et puis rapidement, parce que je m’entraîne à la gratitude depuis quelques années 😉, je me suis rendue compte que c’était une bonne chose. Parce que j’ai réalisé que j’étais en train de bien partir dans ma tête à essayer d’analyser ce qui se passait, ce que je pouvais faire, etc… et que c’était un bon moyen de fuite pour ne pas sentir ce que justement je cherchais ! (Pour rappel : ce qui est vraiment important pour moi 😉😋).

Du coup j’ai décidé de réécrire cet article d’une autre manière. Voici donc comment il va se présenter, il est divisé en 3 parties :

  1. Comment faire pour définir ce qui est important pour moi ? (partage de différentes techniques)
  2. Qu’est-ce qui m’empêche de répondre à cette question ? (tous les freins et blocages que j’ai identifiés chez moi)
  3. Ce que je fais avec tout ça pour avancer quand même vers la découverte de ce qui est important pour moi

Avertissement

Je ne vais pas rentrer dans les détails des différentes techniques/points abordés dans cet article. Si tu veux en savoir plus sur certains d’entre eux, ou que tu veux une réponse plus précise, dis le moi dans les commentaires !

Je serais ravie d’écrire un article plus complet dessus, si je sais que ça va servir à quelqu’un ! 😉😃😍

I. Comment faire pour savoir ce qui est important pour moi ?

Pour ce point, je connais 2 techniques principales, qui marchent très bien !

1) Me demander “qu’est-ce qui est important pour moi ?”

Elle est bien celle-là, non ? Tu n’y aurais pas pensé tout seul hein ?! 😂🤣

Ça peut paraître très (trop) simple mais en fait, c’est une technique qui marche super bien ! C’est même la principale.

Evidemment, il ne s’agit pas de se poser la question une fois de temps. Ce qui va faire qu’elle va t’aider, c’est de te la poser le plus souvent possible ! Moi, quand j’ai commencé, j’avais mis une alarme dans mon téléphone pour y penser toutes les heures. Je l’avais écrite sur plusieurs feuilles aussi que j’avais affichées à différents endroits de la maison.

Maintenant j’y pense régulièrement, c’est devenu un réflexe donc c’est bon. 😄👍

Tu peux te poser cette question tout le temps, en toute circonstance.

Même si tu n’as pas de réponse, poses-la toi. Cela agit quand même au niveau du cerveau et au fur et à mesure ça s’éclaircit. Pour rappel, je te parle des questions et de leur pouvoir ici.

Même si je te dis que je suis paumée en ce moment, j’ai quand même une vision beaucoup plus claire de ce que je veux maintenant que ma vision de l’année dernière. Donc la première chose que j’ai faite quand je me suis rendue compte qu’il y avait un truc qui clochait, c’est de recommencer à me poser cette question régulièrement !

Je parle de ce point plus précisément dans cet article si tu veux en savoir plus.

2) Définir mes valeurs

Le deuxième point pour définir ce que je veux vraiment, c’est de définir les valeurs qui sont vraiment importantes pour moi. Parce que du coup, j’ai une bien meilleure vision de ce que je veux ou pas dans ma vie.

Les valeurs c’est tout ce qui me nourrit, tout ce qui est justement important pour moi. Il existe pleins de manières de les trouver, pleins de questions à se poser, à observer sa vie…

Pour moi, étonnamment 😜, j’ai toujours beaucoup galéré sur ce point et encore maintenant !

J’ai aussi repris cet exercice depuis quelques jours. 😉

II. Ça coince !! 😱

J’ai donc commencé à (re)mettre en place les 2 exercices dont je viens de te parler. Et je me suis tout de suite heurtée à pleins de blocages, qui rendent très difficiles l’accès aux réponses ! Forcément. 😉

Ah merde, il y a des trucs sur le passage.

Et je pense que voir ce qui peut me bloquer, c’est déjà un bon pas pour se rapprocher de la réponse. Parce que c’est justement parce que j’ai refusé de les voir avant que je ne sais pas vraiment où j’en suis aujourd’hui.

Donc déjà les reconnaître c’est une bonne chose pour pouvoir ensuite agir de manière appropriée.

Je te partage tous ceux que j’ai identifiés chez moi, pour que tu puisses repérer lesquels sont présents chez toi aussi. Attention, il y en a beaucoup !! 😱👍😄😂😜

Et ils sont tous plus ou moins interconnectés, tu verras, mais j’avais envie de les détailler/séparés quand même parce que ça peut apporter des éclairages différents de cette façon. 😄

a) Les peurs et insécurités

Ça peut être tout et n’importe quoi ici. Du moment que ça te fasse vraiment peur et/ou te crée de l’insécurité.

Moi celles que j’ai identifiées tournent autour de la peur de manquer d’argent. Et forcément, quand tu as cette peur en sourdine, c’est assez compliqué de laisser la parole à ce que tu voudrais vraiment, parce que tu cherches en même temps un truc qui pourrait te rapporter de l’argent… Bref, ça limite grandement !

b) Les croyances limitantes

Mes préférées !!! 😉😂😂

Non, je rigole, elles sont assez ch*** celles-là. 😉 Elles sont particulièrement compliquées à gérer parce que, tant que tu ne les vois pas et ne les transforme pas, tu cherches inconsciemment à faire en sorte de les vérifier. Et puis ça te bloque dans certains domaines, sur certaines chemins.

Une croyance limitante c’est tout à fait comme si on était enfermé dans une cage.

Je te partage celles que j’ai identifiées chez moi cette semaine, pour que tu vois bien que c’est compliqué d’avancer avec ce type de croyances 😉. (Et peut-être que certaines te parleront pour toi.)

Alors moi, actuellement, je crois que :

  • Le travail, c’est ch**, ce n’est pas marrant
  • Pour mériter l’argent que je peux recevoir (être payée) il faut que je fasse un truc difficile. Si je fais un truc facile pour moi, je ne mérite pas de gagner de l’argent pour ça. (Elle est bien celle-là pour réussir à gagner de l’argent hein ? 😂)
  • Il faut travailler dans notre société. On ne peut pas vivre sans travailler.
  • Si je suis quelqu’un de bien je ne devrais pas vouloir gagner de l’argent.
  • Je suis pour l’écologie et la préservation de la planète, je devrais me contenter de peu et être heureuse avec l’argent que j’ai !

Voilà en gros mes principales croyances limitantes.

Est-ce que tu sens qu’en croyant ça, forcément, c’est hyper compliqué pour moi de sentir ce que je veux, dans le domaine professionnel, mais aussi dans ma vie en générale ?

Donc il y a un petit travail de transformation de mes croyances à faire ici ! 😉

c) L’impatience

Le pire pour moi, c’est ça ! Je me rends compte que plus je veux trouver, et plus je veux trouver rapidement, moins je trouve ! Et plus je suis stressée, etc…

Donc vouloir trouver LE PLUS VITE POSSIBLE, c’est un bon frein.

d) “Je dois trouver”

Dans le même ordre d’idée, le fait de me dire que “je dois” absolument trouver une ou des réponses, ça me bloque. Plus je me dis ça (même inconsciemment) moins je trouve et plus je suis frustrée.

e) L’idée de “la vocation”

Oui, je sais, je suis une multipotentialiste et depuis que j’ai décidé d’écrire sur ce sujet, j’ai répété plusieurs fois sur ce blog que nous n’avions pas de vocation ! Mais, ce n’est pas parce que je le sais et que je le dis, que j’y crois.

En fait, la réalité c’est que j’ai toujours l’illusion de pouvoir trouver le truc pour lequel je suis faite. Et forcément, ça met une pression et ça me bloque pour trouver ce qui est important pour moi.

(En fait, c’est aussi une croyance limitante ça, mais je te le mets quand même à part 😉)

f) Différencier ce que “je voudrais être/faire” de ce que je suis vraiment

Je ne vais pas trop rentrer dans les détails ici, mais je me suis rendue compte à plusieurs moments dans ma vie que j’avais du mal à trouver des réponses parce que justement je confondais ce que je voudrais être de ce que j’étais vraiment.

J’ai senti à certains moments que certaines valeurs me faisaient rêver… mais est-ce que c’était parce que je voudrais être comme ça ou bien parce que je le suis vraiment ??

C’est quand même très différent et c’est très dur à sentir. Parce que là on en revient au fait qu’on ne s’accepte pas tel qu’on est, ou qu’on ne se trouve pas assez comme on est. Tu peux relire cet article plus précis sur ce sujet.

C’est assez compliqué à comprendre alors je vais te donner un exemple : quand j’ai fait la formation à la Méta (la méthode de conseil en image associée au développement personnel) j’ai vu que beaucoup de personnes avaient du mal à définir leur profil. Attention, je ne vais vraiment pas rentrer dans les détails !! Cette méthode est basée sur les 4 éléments et beaucoup de gens se pensaient “terre” par exemple. Parce que ils sentaient que “ça leur apportait quelque chose” (leurs propres mots). Et les personnes qui disaient ça, n’étaient pas “terre” mais avait besoin de s’apporter cette énergie dans leur vie.

On ne cherche pas à nous rajouter quelque chose, on cherche à juste savoir qui on est.

Sauf que c’est souvent moins sexy (en apparence en tout cas). Souvent, quand on fait du développement personnel c’est inconsciemment parce qu’on ne s’aime pas et qu’on voudrait être autrement, plus ceci ou moins cela.

Et le fait de vouloir ça empêche de savoir ce qui est vraiment important pour nous ! Forcément puisqu’on ne sait même pas qui on est et qu’on voudrait être autrement. Je veux être autrement et je voudrais aussi que ce soit ça qui soit important pour moi. Mais en fait, ce n’est peut-être pas le cas.

Bon, c’est assez subtile à sentir et assez compliqué à expliquer donc je vais te laisser avec ça. Mais si ça t’intéresse, laisse un commentaire sur le sujet, je répondrais avec plaisir ! 😄

g) Ce que pense les autres/la société

Celui-là je l’ai rencontré quand j’ai fais un exercice pour définir mon top 10 de valeur parmi : paix, joie, confiance, harmonie, beauté, amour, justice, liberté, foi, sécurité, authenticité, santé, nature, famille, etc…

J’avais une liste d’au moins 60 valeurs comme ça et le but c’était donc de trouver les 10 plus importantes pour moi.

Les valeurs d’un domaine (ou de la société)

J’ai eu beaucoup de mal à enlever la paix et l’amour par exemple, parce que je me dis que ça ne se fait pas de ne pas mettre ça en premier. Le monde du développement personnel parle beaucoup de l’amour comme valeur haute donc je me suis dis que ce n’était pas “bien” de l’enlever.

Les valeurs de mes proches

Pareil avec la santé et la nature. Je sais que la santé est hyper importante pour ma mère et du coup, je ne sais pas si j’aurais tendance à la garder parce que j’ai pris une de ses valeurs (qui est importante pour moi, c’est sûre mais peut-être pas dans le top 10) ou bien est-ce qu’elle est VRAIMENT importante pour moi ?

Et ainsi de suite… Même sur d’autres exercices parfois j’ai du mal à laisser venir les vraies réponses (pour moi) parce que je juge ça “pas bien” ou “pas conforme” ou même “pas possible” par rapport aux idées que j’ai prises des autres (en particulier mes proches) ou à ce que véhicule la société. Ou j’ai l’impression que si ce n’est pas important pour moi les autres vont moins m’aimer…

h) Les attentes

Je vois très bien aussi que j’ai beaucoup d’attentes sur :

  • à quoi devrait ressembler ce qui est important pour moi
  • ce que je voudrais avoir comme réponse (quelle forme)
  • en combien de temps je devrais le trouver (rejoint l’impatience)
  • la “taille” de mon/mes rêves (par exemple partir en vacances avec mes enfants je trouve ça petit donc je ne le note pas, alors que c’est un truc important pour moi)
  • l’envie de faire quelque chose avec
  • le fait que ce doit être un truc concret, que je peut mettre en place maintenant dans ma vie
  • ça doit être un seul truc

Tous ces trucs qui finalement font que je n’accepte tout simplement pas ce qui est là et les réponses qui pourraient venir.

i) Trop analyser, trop réfléchir

Je termine sur celui-là, parce que je me suis rendue compte après mon premier jet pour cet article (celui que j’ai finalement effacé) que finalement, une des raisons pour laquelle je bloquais le plus c’est que je voulais trop analyser pourquoi ça bloquait !!! 😂😂😂

Je voulais trop comprendre et trouver LA méthode qui permettrait de se débloquer une bonne fois pour toute. Du coup j’ai beaucoup réfléchis et franchement… ça n’aide pas beaucoup à sentir ce qui est important pour moi. Parce que oui, c’est principalement à sentir. 😉

Et ce fait de réfléchir autant, même pour trouver des solutions, c’est encore clairement un moyen de fuir les réponses, et de ne pas trouver.

III. Solutions / Ce que j’ai décidé de faire avec tout ça !

Comme tu as pu le voir j’ai des outils pour trouver ce qui est vraiment important pour moi et j’ai repéré beaucoup d’obstacles qui m’empêchent de les trouver. Du coup, maintenant, je fais quoi avec tout ça ?

Voici les solutions que j’ai mises en place – et que je choisis de faire en fonction de ce que je rencontre dans l’instant. C’est pour ça que je te les mets toutes, parce que je les fais toutes. 😉

Donc elles ne sont pas forcément dans le “bon ordre” et pas forcément toutes à faire. A toi de sentir ce qui te correspond le plus ou à inventer tes propres méthodes 😉 (et si tu fais ça, partage nous ta méthode en commentaire !!! 🙏💚)

Pareil qu’au II, je t’en partage un certain nombre, la plupart étant assez similaires entre elles, mais j’ai envie de toutes les détailler quand même. 😉😄👍

1- Faire les exercices et danser avec ce qui se présente

Ça veut dire que je fais les exercices que je t’ai présenté en I pour savoir ce qui est important pour moi. Et quand je me trouve face à une difficulté que je t’ai présentée en II je l’accueille et je fais avec elle. Et je peux avancer un peu plus sur I, puis un blocage II revient, etc…

Je m’entraîne à accueillir ce qui se présente quoi ! (Oui, je ne parlais pas de danse au sens propre !)

2- Eviter de trop trop réfléchir/analyser

Quand j’observe que je suis trop dans l’analyse de ce que je vis, je respire un bon coup et je remets mon attention sur ce qui est présent pour moi dans mon corps. J’analyse quand même un minimum mais je fais attention à ce que ça ne devienne pas “trop”.

3- Ecouter l’inconfort

La suite logique du point précédent. J’ai commencé à faire ça quand j’ai vu que je cherchais à sur-analyser parce que je ne voulais pas sentir l’inconfort que je vivais dans mon corps.

Je me suis donc dis que j’allais accueillir cet inconfort, selon la méthode dont je t’ai parlé dans cet article.

Et comme en le faisant j’ai vu que c’était assez dur, parce que je n’avais pas du tout l’habitude et que c’était vraiment inconfortable, j’ai décidé de le faire en appliquant :

4- La technique des petits pas

Je t’en parle de manière très détaillée dans cet article.

Pour le cas précédent, ça veut dire que j’ai décidé d’accueillir l’inconfort pendant déjà 5 secondes. Ce qui est largement mieux que zéro comme avant. Et puis je vise de le faire à chaque fois pendant 1 seconde de plus par exemple. Plutôt que de viser directement de le faire pendant 5 minutes, de ne pas réussir, de me trouver nulle, etc…

Technique hyper efficace !

Et puis j’applique aussi cette technique pour gérer l’impatience et mes attentes par exemple. Pour me dire que je peux avancer à petits pas vers “trouver ce qui est important pour moi”. Me dire que je fais un petit peu d’exercice chaque jour. (Les exercices I)

5- Transformation des croyances limitantes

Bien sûr, quand je me retrouve face à une de mes croyances limitantes, j’engage le processus pour la transformer.

6- Faire attention à la pression

J’ai observé que c’est le fait de ressentir de la pression qui me montrait que je faisais un truc qui n’était peut-être pas très juste pour moi… Donc je fais attention à cette sensation et quand je sens que je fais un truc avec cette pression, je décide de ne pas le faire.

Je ne fais rien, ou je fais autre chose. Et j’attends d’avoir envie de le faire, ou de le faire sans me mettre de pression.

En fait, je suis plus mes envies pour décider quoi faire. Et si je ne sais pas – ou que ça me mets la pression, je respire, je fais une pause, j’écoute. Ou je fais une activité qui je sais me fais du bien comme jouer de l’accordéon, faire un jeu avec les enfants ou tricoter.

D’où l’intérêt ici de faire une liste d’activités qui, tu le sais, te font du bien et peuvent t’aider à lâcher la pression que tu pourrais te mettre ! 😉😃

7- Changer mes perceptions/m’amuser

Dans le même ordre d’idée, je m’entraîne à faire les exercices du I en changeant mon état d’esprit. Au lieu de prendre ça super au sérieux, comme si je jouais ma vie, je décide de les faire en m’amusant.

Ça ne marche pas à tous les coups, mais je m’entraîne. Et quand ça marche c’est vraiment plaisant.

8- Cahier de réussite !

Je peux aussi noter et célébrer chaque chose que je réussi à trouver !

Moi par exemple, avec tous ces exercices que je fais depuis 1 semaine + l’écriture de cet article qui me fait bien réfléchir j’ai trouvé des trucs vraiment importants pour moi. Clairement dans mon top 10 de valeurs il y a la justice et la famille.

Ce n’est pas beaucoup et je ne sais pas du tout quoi faire avec ça 😂, mais je sais à 100% que c’est hyper important pour moi. Bon, eh bien, je peux célébrer ça !! Yes, j’ai trouvé 2 trucs 🥳🎊🎉🎉

Et à chaque petit truc que je trouve, je peux le noter et le célébrer !

9- Lâcher mes attentes et mon impatience

Euuh, alors ça, comment je fais ? En utilisant ce que j’ai indiqué plus haut. Quand je sens que je vis de l’impatience ou que je suis dans une attente, je reviens à mon corps, je reste dans l’inconfort, je fais une activité qui me plait…

Je décide, tout simplement, de les lâcher.

Bilan – conclusion

J’espère que tu as réussi à me suivre tout au long de cet article et que ça va t’aider à avancer vers ce qui es important pour toi !

Ce que moi je retient de l’écriture de cet article c’est que je sais déjà bien ce qui est important pour moi !!! 😃😂😂👍 C’est juste que comme ça ne prend pas la forme que j’aimerais, j’ai du mal à le voir et à l’accepter 😉.

J’ai aussi bien avancé avec les exercices pour définir mes valeurs. Parce que, grâce à ça, j’ai beaucoup mieux perçu ce que ça voulait dire être multipotentialiste ! 😉

Je suis une multipotentialiste !!!

Dans les exercices pour définir nos valeurs, il est beaucoup demandé d’analyser notre passé, et de regarder ce qu’on a aimé, pourquoi, qu’est-ce qui était important pour nous là-dedans…

Et à faire ça, j’ai pu voir très concrètement que j’aimais vraiment beaucoup de choses, qui n’avait pas grand chose à voir entre elles ! Par exemple j’aime beaucoup les livres et les films de fantaisie avec de la magie et des mondes fantastiques. Parce que c’est super créatif, que ça me fait rêver et voyager. Mais mes matières préférées à l’école c’étaient les maths et la physique ! Parce que c’est logique, simple, sûr, si on applique la bonne formule on obtient le bon résultat.

Et ça, c’est typique des multipotentialiste, d’aimer autant les domaines artistiques/créatifs que logiques/scientifiques.

Donc j’ai finalement beaucoup aimé cet exercice (que je n’ai pas fini parce que je galère encore 😅) parce qu’il m’a permis de vraiment prendre conscience que j’étais bien une multipotentialiste (maintenant je n’en doute plus du tout !). Et j’ai compris/intégré des choses sur la multipotentialité que je n’avais pas compris jusque là ! Donc top ! 😍🤩🤩🥳

Mon blog…

J’ai pu aussi voir que ce blog est quand même vraiment important pour moi (oui, c’est à ce sujet que j’ai bugué au départ), et que ce qui ne me convenait pas, finalement, c’était juste les modalités que je m’imaginais (monétisation, temps que ça devait prendre, etc…).

Donc j’ai éclaircie beaucoup de choses. Et j’ai lâché à 70% mon envie de trouver LE truc qui est vraiment important pour moi.

Je laisse venir et je verrais bien ce que ça donne. Tout en m’occupant des ces croyances limitantes, parce que tant qu’elles seront là, elles m’empêcheront quand même d’aller vers certains endroits qui me plairait bien. 😉

Tu attires ce sur quoi tu portes ton attention

Et puis je veux rajouter ce que j’ai vu en séminaire ce weekend. Tu connais sûrement la loi d’attraction : tu attires à toi ce que tu émets comme énergie dans l’univers, ce que tu veux. Or si l’énergie que tu envois c’est l’énergie de “vouloir” (savoir/trouver ce qui est important pour toi), tu vas recevoir en retour encore plus de “vouloir”. En gros tu voudras de plus en plus sans forcément savoir. Je ne sais pas si ça te parle mais moi, ça m’a totalement fait tilt ! Et ça rejoins tout à fait ce que je t’ai noté en II, que plus je veux trouver, moins je trouve ! 😅😉👍

Je te laisse méditer là-dessus.

A toi !

Et toi, où est-ce que tu en est dans ta vie ? Est-ce que tu sais ce qui est vraiment important pour toi ?

Si oui, est-ce que tu voudrais nous partager comment tu as fait pour le trouver ?

Si non, j’aimerais bien savoir si tu trouves que mon article t’a aidé et :

  • qu’est-ce que tu observes comme blocages chez toi ?
  • qu’est-ce que tu vas mettre en place pour définir ce qui est important pour toi ? (exercices du I, solutions du III et lesquelles, autres choses ?)

Merci pour ton partage ! 🙏💖

Et si tu as des questions plus précises sur certains points que j’ai abordés, poses les moi en commentaire aussi. Je serais ravie d’écrire sur un thème précis si je sais qu’il peut servir à quelqu’un 😃 (oui, c’est important pour moi la relation et de contribuer 😉👍)

Et dans tous les cas : rappelles toi que tu es multipotentialiste, que c’est normal que tu sois intéressés par beaucoup de choses très différentes et que c’est pour ça qu’il faut aborder cette question autrement à mon avis. (Je ne sais pas encore comment mais je suis en train d’y réfléchir. Dès que j’ai des éléments de réponse pour une méthode spécifique pour les multipotentialistes, je te les partage ici 😄💖)

Et rappelles-toi que tu es déjà génial.e tel.le que tu es, il n’y a rien à changer ! 😉💖💖🎐

Si cet article t'as plu, partage le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

8 commentaires

  • Anne-Lise - Grandir en langues

    Un article encore une fois très intéressant, qui fait se poser beaucoup de questions! Franchement, je me retrouve encore une fois pas mal car je me rends compte que tous les moments où ca n’allait vraiment pas dans ma vie, c’est ceux où je ne pensais plus à ce qui était vraiment important pour moi… Je crois donc que je vais appliquer ta méthode pour me poser la question plus souvent!
    Je complèterais en disant que trouver ce qui est important pour nous mais aussi lâcher prise de ce coté là permet de faire un grand pas pour s’accepter nous mêmes et donc se tourner vers les autres :)On sait ce qu’il en est pour nous, quelles sont ns valeurs, on a rien à prouver, pas besoin de se comparer… On peut donc créer des relations plus sereines 🙂 Comme d’habitude, c’est tout un chemin ! 🙂

    • Sarah Gascoin

      Oui, ça aide tout à fait à trouver des gens qui nous correspondent mieux et à avoir des relations plus sereines !!
      Je pense que c’est vraiment la base pour avoir une vie épanouie, mais qu’en même temps on se mets parfois un peu trop de pression pour “trouver” ! Du coup oui, il s’agit de trouver l’équilibre entre “je me pose la question” et en même temps “je lâche prise, si je n’ai pas de réponse tout de suite ce n’est pas super grave”.
      Oui, c’est tout un chemin ! 😄👍🙏

  • Manon

    Article très complet et intéressant !! Je fais partie de celles qui ont toujours su vers quelle voie aller, depuis toute petite – je ne connaissais pas le chemin exact, mais la direction était claire. J’ai beaucoup de chance car autour de moi tout le monde se cherche, tâtonne… et en même temps, j’ai l’impression qu’au fond les gens savent ce qu’ils ont ENVIE de faire (au moins à un intant T) mais que, comme tu le dis, il y a plein de peurs et de croyances qui bloquent. J’aime à penser que quoi qu’on fasse, si on suit ce qui nous fait envie alors on est forcément sur le bon chemin. Le seul moment où on peut vraiment se tromper, c’est lorsqu’on suit les envies des AUTRES. En tout cas c’est ce que j’ai expérimenté !

    • Sarah Gascoin

      Je pense aussi, qu’au fond, on sait ce qui est bon pour nous mais oui, les blocages, les croyances, le regard des autres, etc… peuvent nous empêcher d’y accéder. Ou même de le reconnaître parfois dans mon cas. Je vois bien que je ne m’autorise pas certaines choses parce que je sens que ça ne va pas être bien pris. Mais je suis ravie parce que j’arrive de plus en plus à me séparer du regard des autres et à choisir ce qui me plait vraiment, même si pour ça je dois passer par des phases (très) inconfortables vis à vis de ces autres. J’en suis d’ailleurs là en ce moment, et si je suis vraiment plombée et paniquée, dans le fond je suis aussi profondément heureuse de sentir que cette voie n’est pas pour moi et de me dire que je suis capable de le dire. Et que je vais le faire. Malgré cette peur extrême de vivre des moments inconfortables. Parce que je sais au fond que ce serait bien plus inconfortable encore de ne pas m’écouter et de laisser les envies des autres me diriger.
      Du coup, je ne suis même pas sûre qu’on puisse se tromper en suivant les envies des autres ;). Parce que c’est ce qui fait qu’à u moment on se dit “stop” et qu’on ose après, de plus en plus, nous écouter et faire ce qui est juste pour nous. De toute façon “je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends” 😉
      Pour terminer là-dessus, je crois que moi ce qui m’a beaucoup bloqué aussi, c’est la peur que je ne retrouve pas telle ou telle opportunité. Comme si c’était maintenant ou jamais. Comme si je ne pouvais pas avoir la même plus tard, ou même une mieux. La peur de laisser aller aussi et de changer. C’est ce qui m’a fait prendre une décision il y a quelques mois et que j’ai parfois tendance à regretter aujourd’hui. Mais pareil, c’est parce que j’ai fait cette “erreur” que je décide aujourd’hui de ne pas la réitérer ! Même si c’est très dur. Hors de question de revivre la même chose.
      J’ai le droit de suivre ce qui me fait plaisir, même si ça change tout le temps !
      Et si l’opportunité ne se représente pas eh bien, tant pis ! J’aurais expérimenté de suivre mon cœur et de prendre la décision juste pour moi et j’apprendrais quelque chose de toute façon. Mais en attendant, je vais vivre une vie plus légère et joyeuse et ça, c’est cool.
      Et c’est un sujet sensible pour moi en ce moment, d’où le gros pavé ;). Je m’arrête là 🙂

      Merci pour ton commentaire en tout cas ! Il m’aide bien à avancer dans mes difficultés du moment ❤❤❤🧚‍♀️🙏💎

      • Manon

        “J’ai le droit de suivre ce qui me fait plaisir, même si ça change tout le temps !” : je dirais même que c’est un devoir envers nous-même car c’est certainement le plus sûr chemin vers notre bonheur 😁 D’ailleurs, en tant que maman, j’imagine que c’est ce que tu souhaites à tes enfants : suivre leur joie !
        Le regard des autres c’est un gros morceau – d’ailleurs on s’en détache par petits morceaux, un pas après l’autre. Et puis dans “les autres” il y a souvent quelques personnes dont le regard nous affecte particulièrement. Perso j’avance petit à petit sur le chemin du “Je fais les choses pour moi et tant pis si ça déplaît !”. Certaines fois, envers certaines personnes, c’est plus dur que d’autres – mais chaque pas en avant est libérateur et aide à s’aimer davantage !
        Par rapport à la peur de manquer des opportunités, j’aime me dire que si ce n’est pas cette fois-là c’est parce que quelque chose d’encore meilleur est en route 🙂 Ça apaise et ça donne de la confiance en l’avenir !
        Je te souhaite une merveilleuse fin de journée !

        • Sarah Gascoin

          Merci pour ce message et toutes ces pistes, que je m’entraîne aussi à mettre en place.
          Et oui, comme tu dis, il y a des personnes avec qui c’est plus facile que d’autres… C’est d’ailleurs ce qui est dur pour moi dans la situation actuelle, dire non à une personne que j’apprécie et avec qui je suis en relation depuis un moment. Et en même temps je me dis que si j’y arrive avec ces personnes là, je vais gérer facilement avec tout le monde ! 😉😄👍
          Merci en tout cas pour ton message, je me sens soutenue à distance et ça fait du bien 💛💖🧚‍♀️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvre gratuitement si tu es multipotentialiste ou non et reçois avec le Guide du multipotentialiste débutant !